Eclats de pierre, éclats de vie

Éclats de pierre, éclats de vie, c’est un projet transdisciplinaire autour de la mémoire des immigrés italiens qui taillèrent le granit au pays de Sardent, près de Guéret, dès les années 1920. Je vous ai déjà parlé du travail photographique que j’ai accompli dans ce cadre, au fil de plusieurs résidences (présentation et galerie d’images sur ce post).
Toute cette année 2014, la compagnie Le Chat perplexe a mené toutes sortes d’autres actions artistiques en lien avec cette histoire : collectages de récits, ateliers à l’école de Sardent, création land-art, concert… En cette mi-novembre, le projet arrive au bout du chemin, c’est le temps de la restitution des projets nés de toutes ces belles rencontres !
J’ai réalisé la communication graphique d’un peu tout ça, aperçus ci-dessous…

Photo © Ernesto Timor
A l’issue des ateliers de land-art réalisés avec les écoliers de Sardent…

 

Quelques vues de l’exposition Le fil de la pierre lors de sa création à Sardent (novembre 2014)…

Photo et graphisme ©  Timor Rocks !






Un spectacle, concert à histoires franco-italien, intitulé Le Bal des Casse-cailloux, une étonnante installation photographique et sonore nommée Le fil de la pierre et même, pour clore la semaine, un Petit Bal Perplexe ! A Sardent (Creuse) du 14 au 22 novembre 2014, puis en tournée dans la région. Un livre est également sur les rails !

Cliquez sur la couverture pour télécharger le programme détaillé en PDF.

 

Lorsque l’exploitation des carrières a cessé, tout est resté dans le secret des bois. Aujourd’hui, on peine à y retrouver la main de l’homme tant la nature a repris ses droits, en suivant les failles d’une exploitation presque oubliée. Le granit y veille de toute éternité, se déguisant parfois en animaux de légende pour mieux nous tromper. L’observateur patient finit par découvrir par hasard d’énormes boules de granit entamées, des piles de pavés qui ne sont jamais montés à Paris, des machines que les ronces enlacent, des câbles et des chariots… le temps semble s’être brusquement arrêté ! L’objectif d’Ernesto Timor nous invite à regarder d’un autre œil ces paysages envoûtants, peuplés de traces. Il a également tiré le portrait des derniers témoins de cette époque et de leurs descendants qui perpétuent cette histoire. La mémoire passe aussi par des documents d’archives, photos de famille, films amateurs et collecte de paroles, tout un matériau sensible dans lequel nous immerge une scénographie étonnante, pour cette exposition plus poétique que didactique.…

(Volet exposition du dépliant de présentation de l’opération.)

 

Les affiches des trois grands moments de la semaine Eclats de pierre, éclats de vie